Quelle issue pour la jeunesse haïtienne?

Article : Quelle issue pour la jeunesse haïtienne?
Étiquettes
18 juin 2015

Quelle issue pour la jeunesse haïtienne?

jeune

 

Crédit : Fokal

Tranquillement assis au fond du bus qui m’emmènera au centre-ville, j’écoute cette dispute entre ce passager sexagénaire et un jeune ”Bèf chenn ”.  Pour finir avec l’affaire, ce dernier crie : ”Sale génération de 1986 !”. Ce juron exprime la rage de toute une génération désappointé par un système politico-social depuis plus de 25 ans. La jeunesse haïtienne.

C’est une majorité sociale en verve qui subit les retombées de la gérontocratie et de la dérive politique. L’espoir de croire en un futur meilleur se décline tant la crise sociopolitique n’en finit plus de frapper la jeunesse. Haïti n’investit plus dans l’avenir. Les valeurs s’effritent, l’éducation touche le fond du précipice, le chômage s’intensifie, etc.

Certains, sans résister, se laissent emporter par le courant ravageur. Ils sont sciemment contrôlés et abusés par la dérive systémique. La réussite est trop souvent le prix d’un sacrifice qui expie la moralité et la dignité. C’est au prix de leur chair que des jeunes obtiennent un travail qui assure à peine leur survie.

Des programmes de l’Etat prétextant être conçus à encadrer les jeunes ne servent qu’à leur ruine. A plusieurs coins de rues, des jeunes portant la tunique du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique (MJSAC) brandissent une bannière pour assurer la circulation piétonne. Ne méritent-ils que ce traitement de faveur ?

Difficile de circuler dans les rues de la capitale sans rencontrer un ”Baz”. Du football à la politique, du sexe à la musique, leurs sujets de discussions tournent en bouclent. Toujours les mêmes redondances. Cette oisiveté critique est la cause de nos plus grands maux sociaux : grossesse précoce, insécurité sociale, prostitution déguisée, ”zokikisme”, etc.

La musique que chantent ces jeunes est l’expression du dégout pour la vie qu’ils mènent. Le rythme ainsi que les mots décrivent la résignation à leur désillusion. Ces temps-ci les jeunes se dévoilent comme des néologistes fatalistes. Les noms ”Ti Mamoun, Bredjenn”, etc. sont des figures représentatives de leurs remarques quotidiennes. Ils préfèrent considérer le superflu, car la pente est trop raide pour pouvoir y remonter et atteindre le sommet.

Parallèlement, les conditions de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH)- lieu culte de l’intelligencia haïtien-deviennent de plus en plus lamentables et les chances d’y accéder s’amenuisent. Chaque année des dizaines de milliers de jeunes échouent au concours d’admission après une étude classique fort souvent bâclée.

Fatigués d’accumuler les échecs, l’unique espoir pour beaucoup d’entre eux serait de fouler une terre étrangère. Et, pour arriver à Rome, tous les moyens sont bons. Certains ne pensent jamais refouler cette terre maudite.

Haïti doit incontestablement repenser sa politique pour la jeunesse pour sauver le faible reste. L’administration publique doit réduire les postes de l’ancienne génération afin de permettre aux jeunes de prendre le relais. Celle-ci est d’autant plus urgente dans la société moderne où la nouvelle génération se révèle toujours comme la force motrice sociale.

*Bèf chenn : En Haïti, gens qui attirent les passagers vers les transports publics.

*Sale génération de 1986 : Se dit de la génération qui a éjecté François Duvalier du pouvoir et implantée la démocratie en Haïti.

 

*Baz : Groupe de personnes oisives et passives se réunissant généralement.

 

*Zokikisme ou Zokiki: Terme récent dans le créole haitien désignant le phénomène de la pédophilie rageuse.

 

*Ti Mamoune : Titre musicale portant le nom d’une jeune fille et raconte sa réalité de survie.

 

Bredjenn : Mouvement social de la jeunesse, surtout anticonformiste véhiculé dans certaines musiques.

 

 

Partagez

Commentaires

elsanjiale
Répondre

Courage à la jeunesse haitienne! Maintennant il faut arrêter de pleureur retrousser ses manches et travailler pour se construire un avenir. Parce que tout les gros ventres qui sont au pouvoir là ne le feront. Ils ont démissioné de leur rôle.

Hadson Archange ALBERT
Répondre

Merci Elsa! Le message est passé.